Creepypastas

Le monstre du cimetière

16/08/2016 13:23

    Je passais souvent par le vieux cimetière, mais, une nuit d'hiver, tout a basculé. Ecoutez mon histoire...

 

    Comme tous les soirs, je rentrais des cours. Il faisait nuit et, comme d'habitude, je passais par le vieux cimetière abandonné. Je devais le traverser pour rentrer chez moi. Non pas car c'était le seul chemin, mais parce que le détour était bien trop long. Je n'avais rien pour l'illuminer et, bien sûr, c'était une nuit sans lune.

 

    J'étais à mi-chemin lorsque j'entendis un bruit. Je me retourna, mais... Rien. Il ne pouvait pas s'agir du gardien car, comme dit précédemment, le cimetière était abandonné. Je continua donc mon chemin, légèrement angoissée, et le bruit se refit entendre. L'atmosphère commençait à être trop lourde pour mes poumons et j'avais la sensation d'étouffer. Et c'est là, en me retournant, que je vis cette chose. Elle ressemblait à un chien croisé avec un ours, sans poil !

 

    Je commençais à reculer, mais la créature bondit et me plaqua à terre. Je me débattais en hurlant tandis qu'avec ses griffes, il me griffa la peau, et avec ses dents, il m'arracha les ongles. J'hurlais de douleur, mais personne ne pouvait m'entendre, ma voix n'était pas assez puissante. Il m'ouvrit le ventre et commença à retirer mes organes. Il me pendit avec mes intestins à l'arbre tout en me forçant à avaler mes propres entrailles. Il acheva son macabre ouvrage en m'arrachant les yeux, puis il partit, laissant mon corps mutilé et presque méconnaissable là, pendu à cet arbre.

 

    Vous vous demandez comment je peux vous raconter cette histoire alors que je suis sensé être morte ? Car je suis venue vous tuer de la même manière. J'ai été réincarnée en cette sorte de monstre avide de sang. Et d'ailleurs, à l'heure où vous lisez ces lignes, je suis probablement juste derrière vous, ou bien cachée sous votre lit, ou encore dans votre armoire, à guetter le bon moment pour vous tuer.

 

Flash d'information spécial :

    Hier, en début de matinée, une jeune fille a été retrouvée morte dans un vieux cimetière à l'abandon, tuée d'une manière que nous ne pouvons citer ici. Il semblerait qu'elle aie été éxécutée hier soir, sur le chemin de l'école. C'est, à ce jour, la dix-huitième victime à avoir subit ce sort. La police vous conseille de ne pas sortir de chez vous à la tombée de la nuit et de vous assurer que tout est bien verrouillé.

Shutdown

15/08/2016 22:14

    Mes parents et moi habitions dans une vieille maison. Mes parents ont décidé de déménager l’année dernière pour une ville plus tranquille. Ils avaient toujours rêvé d’emménager à la campagne, et c’était l’occasion pour eux de se sentir libre à nouveau. Les premiers jours étaient assez difficiles pour moi, mais après une semaine ou deux, je me sentais vraiment bien dans cette nouvelle maison.

 

    Evidemment, j'espérais avoir une connexion internet pour pouvoir me connecter à ‪#‎ChainSawMassacre,‬ un canal IRC que j’avais créé avec d’autres personnes. Les pseudos de ces personnes étaient MazaKar2, WaNNaK1ll et Unplug4HardC0re, ainsi que Z3r0, moi.

 

    Sur #ChainSawMassacre, On discutait de tout et de rien. On était tous des étudiants qui cherchaient des moyens faciles d’avoir un peu d’argent. Moi et Unplug4HardC0re étions Membres d’un groupe de Hacktiviste assez connue sur le deep web : T4k3d0wn, dont j’étais le leader. On essayait d’intégrer Mazakar2 et WaNNaK1ll qui était bon en programmation. MazaKar2 avait trouvé un site web qu’on pourrait pirater, on agissait uniquement sur le Deep Web. Certaines de nos attaques étaient très connues sur ce dernier. RantAH4ck3r, un site web parlant des actualités concernant le hacking, parlait souvent de nos attaques informatiques. Nos cibles préférées étaient les sites pédophiles.

 

    MazaKar2 avait trouvé un bon plan pour une prochaine attaque. Voici un copié/collé des logs de mon Bouncer IRC. J’ai évidemment censuré les sites du deepweb.

 

MazaKar2 joined #ChainSawMassacre

MazaKar2 : Yo les mecs !

WaNNaK1ll : Salut Maza ! Bien ?

Z3r0 : Yo ! :)

MazaKar2 : Ouai ! J’ai trouvé un truc sympa sur le deep web :)

Z3r0 : Qu’est-ce que tu as trouvé encore ? xD. Petite info SweetChild est down :)

WaNNaK1ll : Nice ! DDoS ou Zero day Exploit ^^ ?

Z3r0 : Zeroday :). Il avait une version de proFTP en 2.0.3, c’était easy avec le module metasploit que tu as écrit :D

WaNNaK1ll : Cool.

Unplug4HardC0re : Sinon tu as trouvé quoi Maz’ ?

MazaKar2 : ça : http://<censored>.onion

Z3r0 : Tu veux louer un botnet. t’es sérieux toi ? Oo

MazaKar2 : lance nmap sur l’adresse ip : XXX.XXX.XXX.XXX ^^

Unplug4HardC0re : Whoa, tellement de logiciel pas à jour

Z3r0 : Hum, leurs serveurs : FTP, Web, Base de Donnée. T’es sur c’est pas un Honeypot ^^ ?

WaNNaK1ll : Un quoi ? xD

Z3r0 : Un honeypot, en gros c’est un serveur fait pour capturer les hackers ^^

MazaKar2 : Je pense pas :p , regarde : http://<censored>.onion

Z3r0 : RedEye ? C’est le nom de la backdoor

MazaKar2 : Yep :p, j’ai décompilé le binaire. J’ai écrit un script pour exploité une faille qu’il y avait dedans. Buffer Overflow lol

Z3r0 : Mdr, colle le lien :p

WaNNaK1ll : Ghostbin ^^ ?

MazaKar2 : https://ghostbin.com/paste/8 wuat74q

Z3r0 : Le mot de passe ?

MazaKar2 : Mon pseudo ^^ MaraKar2

Unplug4HardC0re : ça m’a l’air pas mal ton truc

Z3r0 : Je vais voir si c’est vraiment safe de pirater ce site ^^

 

    On était donc prêt à pirater un site web détenu par un hacker. C’était sûrement un script kiddie qui était derrière ce serveur, il y avait tellement de faille sur le serveur. J’ai travaillé toute une semaine sur un module metasploit pour faciliter l’attaque pour les autres membres de T4k3d0wn. Après une longue semaine d’acharnement, il était temps de s’attaquer à ce serveur. Durant l’attaque, J’ai trouvé plusieurs fichiers étranges sur le serveur, mais un fichier .DAT attira ma curiosité. Il s’appelait « ZeroDay-Exploit.dat ».

 

    J’étais curieux de savoir ce que contenait ce fichier. C’était une url menant à un Hidden Service (un site hébergé sur le deep web). J’ai pris toute les précautions pour être intraçable : Connexion sur le réseau Wi-fi de mes voisins, VPN, proxychain et Tails. J’ai attendu plusieurs minutes le chargement d’une page web, voir même plusieurs heures. Après deux bonnes heures à poireauter, je pensais qu’il serait peut-être intéressant de scanner l’adresse pour voir les ports ouverts. Le port ssh était ouvert. Après de longue heure à brute forcer le serveur, j’étais enfin connecté au serveur.

 

Login as : redeye
Password : redeye@CannibalTheater$

 

    Comme tout bon Hacker, mon but était maintenant de pouvoir contrôler la machine. Je commençais alors à rechercher comment je pourrais élever mes privilèges afin de devenir root. J’ai alors découvert l’existence d’un fichier étrange.

 

    redeye@CannibalTheater$ # find / -user root -perm -4000 -r-sr-sr-x 1 root bin 33208 Aug 10 15:55 /usr/bin/V3nom_spy
 

    J’ai lancé le programme V3nom_spy. Ça ressemblait à un chat, ça me semblait inutile jusqu’à l’apparition d’un message.

>> http://<censored>.onion Amuse toi.

 

    Encore une url, étrange. Je décidais de me rendre à cette adresse, j’avais peut-être gagné le gros lot. Effectivement, j’avais gagné le gros lot, mais pas celui que j’imaginais. Il y avait des centaines de fichier excel. Ils contenaient des noms et des adresses avec une description. C’était de la vente d’humains ! Filles, enfant ou même des hommes ! Il y avait des liens menant vers des photos de ces personne. Je fut pétrifié en regardant des centaines de ces photos. Certaines personnes étaient mutilées et vendu pour des prix misérable. Je ne voulais pas voir une photo de plus.je décidais d’arrêter toute activité. Deux jours plus tard, je décidais de prévenir mes amis de mon retrait du projet T4k3d0wn.

 

    Depuis cette découverte, je retrouve souvent une photo de moi prise à partir de ma webcam brûlant sur le bord de ma fenêtre. Je n’arrive plus à dormir. Évitez d’accéder au deep web. Certaines informations sont cachées. Laissez-les où elles sont.

Ne regarde pas derrière toi

15/08/2016 17:35

    Bonjour. Je m'appelle Mike, j'ai vingt-six ans et je suis Pompier dans le Texas. Il m'est arrivé une histoire particulière, je vais vous la conter.

 

    J'habite seul avec mon chat dans un appartement classique. Un matin où je me rendais à la caserne, je sentis que l'on m'observait sur le chemin. Je me suis alors retourné, mais je ne vis personne derrière moi. J'ai donc repris ma route et je me suis hâté d'arriver sur mon lieu de travail.

 

    Là-bas, il n'y avait absolument personne. J'ai regardé dans les bureaux, les vestiaires, les couloirs, le hall. Absolument partout. Il n'y avais pas la moindre présence, et je n'étais pas arrivé tant en avance que ça. Peut-être étaient-ils en mission ? C'est probable. Alors je suis de nouveau passé par les bureaux pour consulter le registre, car nous enregistrons chacune de nos missions au moment où les ordres étaient donnés. La dernière mission était datée d'il y a trois heures, mais aucune information ou détail y était noté, comme si cela avait été noté à la va-vite.

 

    Je suis donc monté dans le bureau du directeur, et Dieu soit loué, il était là ! J'entra, et au moment où nous allions entamer une discussion, le téléphone sonna. Il me fit signe d'attendre et décrocha le combiné. Après une infime seconde, il appuya sur le bouton du haut-parleur. Une voix effrayée et chuchotante se diffusa alors dans la pièce.

 

"Monsieur le directeur... Je vous en supplie... Aidez-nous... A l'aide... Il arrive... A l'ai..."

 

    La communication coupa. Aussitôt, le directeur, avec mon aide, réussi à retracer l'endroit d'où provenait l'appel. Il provenait du 185, rue Alford Frank. Nous montâmes dans l'un des camions restants et nous nous rendîmes à l'adresse donnée. Sur la route, le directeur m'expliqua qu'il s'agissait d'une ancienne usine de bandage, où il travaillait avant. Elle avait été abandonnée suite à une sécurité médiocre ayant entraînée plusieurs incidents. Certains prétendent même avoir eu affaire à des faits plus ou moins paranormaux. Je ressenti un profond malaise suite à ces explications.

 

    Arrivés sur les lieux, la première chose que nous vîmes étaient quelques-uns de nos camions de pompier. Le directeur, qui connaissait bien les lieux, passa devant et me guida jusqu'au hangar principal. Ce dernier était plongé dans le noir, excepté une petite bougie près d'une porte. Puis une autre, dans le couloir. Elles traçaient une sorte de jeu de piste aux arrières-tons glauque, chaque flamme accroissant notre crainte de découvrir un macabre trésor aux pièces de chair et de tripes. La dernière bougie se trouvait dans une salle vide, qui devait servir de placard, sans fenêtre ni aération. Juste une chaise tâchée de sang et un mot sur le mur. Le sang était frais.

 

"Ne regardez pas derrière vous."

 

    Nous hésitâmes à nous retourner, sentant tous deux une présence derrière nous. La tension et la peur rendaient l'air de plus en plus chaud et lourd. Le directeur craqua le premier, saisit sa lampe de poche et se retourna pour tenter d'éblouir la personne derrière nous. Mais il fût plus rapide et le tua. J'eus à peine le temps de voir qu'il s'agissait d'un homme aux yeux bandés avant qu'il ne m'assomme.

 

    Je me fis réveillée par mon chat. J'étais dans mon lit. Tout ceci n'était rien de plus qu'un horrible cauchemar. Je m'assis sur le bord du lit, enfila mes chaussons et alla vers la salle de bain. Je me mit face au lavabo et, lorsque je releva la tête vers le miroir, mon sang ne fît qu'un tour. Je remarqua en premier lieu une phrase.

 

"Ne regarde pas derrière toi."

 

    En second lieu, un filet de sang là où l'homme aux yeux bandés m'avait frappé pour m'assommer. En dernier lieu, l'homme aux yeux bandés.

Objets: 1 - 3 Sur 66
1 | 2 | 3 | 4 | 5 >>