L'Observateur (The Observer)

23/06/2016 13:59

    Lors de l'été 2003, un phénomène étrange s'était produit dans les marais de l'Ecosse. Depuis lors, il n'y a eu aucune observation rapportée de «L'Observateur». Un homme appelé John Miller prétendu qu'un monstre était dans sa maison. Il a été pris au piège avec lui pendant sept jours avant de contacter la police. Ils sont arrivés à son domicile pour trouver un journal intitulé "L'Observateur" sur son canapé, voici ce qu'il contenait.

 

Jour 1 :
    Je suis surveillé. vous pouvez me prendre pour un fou, mais je sais que je suis surveillé, par quelque chose qui est évidemment inhumain. Je ne vais pas au travail aujourd'hui, il va me suivre là bas. Je suis dans l'attente d'entrer en contact avec lui, de le voir, de savoir que je ne suis pas fou. Peut-être que je souffre juste de schizophrénie, que tout ça est dans ma tête, mais je ne prends aucun risque. Parfois, j'entends une sonnerie forte dans mon oreille. Je souhaite juste tomber de sommeil dans mon lit et que toute cette histoire ne soit qu'un souvenir.

 

Jour 3:
    Je sais qu'il est réel. Il me regarde toujours. Je le vois aux coins de mes yeux, je peux même l'entendre grogner. Je suis allé voir un psychiatre aujourd'hui pour lui dire ce que j'avais vécu au cours des derniers jours, et il pense que je souffre de schizophrénie et de paranoïa, mais il ment. Ils mentent tous. Ils sont tous faux. Je me suis barricadé chez moi pour être seul et étudier cette entité inhumaine. Autant que je vous le dise maintenant, s'il vous plaît, j'espère que quelqu'un trouvera ces notes et parlera de cette créature que je nomme L'Observateur. Je vais noter tout ce que je vois et entends. J'espère jusque qu'il me laissera tranquille.


Jour 4:
    Je l'ai entrevu aujourd'hui, et il n'est certainement pas humain. Il avoisine le mètre quatre-vingt. Sa posture était parfaite, droite. Il portait un grand manteau noir, je crois, mais je ne l'ai pas vu assez longtemps pour en être sûr. Ses mains étaient grandes et ses doigts fins comme des couteaux. Il ne semble pas avoir de pieds, on dirait qu'il flotte juste au-dessus du sol. Je n'ai pas encore vu son visage, mais je parie qu'il est horrible. Il ne semble pas se déplacer très vite, alors peut-être que je pourrais me jeter sur lui et l'attaquer. Je vais faire des recherches et essayer de trouver tout ce que je peux à son sujet. Il grogne toujours, et je ne peux pas dormir la nuit de peur de ce qu'il peut me faire.


Jour 5:
    Mes recherches était inutile, on ne sait rien à propos de L'Observateur, ou du moins, pas encore. Ma maison est dans l'obscurité complète, maintenant. J'ai enlevé toutes les ampoules et je porte une lampe-torche frontale en espérant que ça va l'inciter à sortir. Je l'ai aperçu, mais il continue de garder son visage cachée. Peut-être que c'est mieux, peut-être qu'une fois que j'aurais vu son visage, il va tout saccager et me tuer aussitôt. Je prends le risque. Je dois voir son visage. Je vais essayer de dormir, ce soir, je suis si fatigué...


Jour 6:
    J'ai réussis à dormir la nuit dernière, à mon grand soulagement, mais mon réveil a été horrible. Pendant que je dormais, L'Observateur avait laissé une grande coupure tout le long de mon bras, et avait écrit un message sur le toit au-dessus de moi avec mon propre sang. Il a dit :
 

"Je regarde toujours."
 

    L'écriture était compliqué à lire, presque illisible, mais pourtant, le sens était clairement compréhensible. Il est loin de me faire quoi que ce soit, je le sais, maintenant. Je peux l'entendre partout, le sentir respirer dans mon cou, et quand je me retourne, il n'y a rien. Il me joue des tours. Il veut s'amuser avec mon mental avant de brutalement m'assassiner. Il est la source de mes cauchemars, vivant quelque part dans les profondeurs de l'enfer. Je vais voir son visage, peu importe ce qu'il m'en coûte.


Jour 7:
    Je l'ai vu. Son visage. Je me suis endormi tout en écrivant, hier. Quand je me suis réveillé, il était dans mon couloir. Il avait allumé la lumière et il m'a regardé. Voici ma description complète. Il y avait un grand manteau déchiré en bas, comme je l'ai dit avant, il n'a pas de pieds et semble planer. Ses mains étaient des griffes, chacune d'environ cinquante centimètres de long, épaisses et pointues, presque comme des couteaux. Puis je vis son visage. Il avait une cagoule sur la tête, mais son visage était clairement visible.

    Ses yeux étaient juste des orbites vides, noires, et elles ne semblaient pas avoir de fond. Il n'avait pas de nez. Et puis il y a sa bouche. Elle avait une forme de cercle, mais elle n'était pas noire. Il n'y avait pas de dents. Et il y avait aussi une sorte de fumée venant de lui, noire, vous ne pouviez pas voir à travers. Sa couleur de peau était d'un gris foncé. C'était horrible. Mon premier réflexe fut de jeter ma lampe sur lui, donc je l'ai fait. Elle n'a fait que toucher L'Observateur et se briser au sol, il n'a même pas bronché. Il est comme inatteignable, voir immortel. Suite à cet acte, il fuit la chambre avec une vitesse incroyable. Je crains pour ma vie, maintenant. J'ai appelé la police. Ils ont dit qu'ils seront là d'ici une heure au maximum. J'espère qu'ils ne prendront pas si longtemps, il pourrait m'avoir à tout moment. Je vais m'enfermer dans mon placard. J'espère juste qu'il ne peut pas lire ce carnet.

 


    Peu de temps après avoir trouvé ce journal, la police a fouillé sa maison, à la recherche de l'homme et de "L'Observateur". Quelques minutes après le début de leur recherche, ils retrouvèrent son cadavre dans un placard vide. Des grandes et longues marques de griffes étaient présente sur tout son corps, et il y avait une marque de morsure à l'emplacement de son cœur. Beaucoup de ses organes ont été arrachés à son corps et ses yeux avaient été sortis de leurs orbites, pendant lamentablement. Nous savons maintenant que "L'Observateur" est là-bas, se régalant de personnes innocentes. Nous vous conseillons, si vous entendez des grognements fort ou si vous voyez une silhouette sombre du le coin de l'œil, que vous contactez les autorités locales immédiatement. Nous n'avons trouvé aucune preuve photographique de son existence, mais nous allons prendre son aspect de la description que John a donné dans son journal. Il pourrait être n'importe où.

Commentaires : L'Observateur (The Observer)

Aucun message nʼ a été trouvé.

Nouvel avis